Roadracers (1994) Script

Tu es en retard.

J'ai foncé, je t'assure.

C'est toi qui adores cette musique, pas moi.

Le sergent m'a piqué pour excès de vitesse.


Regarde devant toi !

Ça t'a plu ou quoi ?

Je sais pas. C'est sympa, mais ça gueule.

Qu'est-ce qu'on fait de beau ce soir ?

Je croyais que ça y était.

Il y a toujours autre chose à faire.

Mes parents vont m'écharper si je rentre pas à l'heure.

On les emmerde !


Je t'ai fait le nettoyage.

Je t'explique.

Tu me donnes 2 places, tu fermes ton bocal, et on se fait un film.

J'aime pas la science-fiction.

Tu te goures complètement. C'est un film réaliste.

J'aime pas ça.

Je t'aime pas non plus.

Mais si.

Non !

Sois gentille, sinon je t'invite pas.

Je veux pas sortir avec toi !

Faut que j'y aille.

C'est le Niqueur. Appuie un peu.

Il va nous rattraper !

Où en sont tes affaires ?

J'ai failli l'avoir. C'est elle qui t'aurait eu.

Juste en dessous du nombril.

Je laisse tout couler dans mes bottes.

Il y a un film...

On doit l'écouter ?

On est contents d'avoir de ses nouvelles.

Ces mecs qui débarquent de l'espace volent les âmes des humains.

Une fille et un gars essaient de prévenir tout le monde.

Alors ?

La fille s'endort... et elle aussi devient un monstre !

Il reste avec elle ?

Oui. Je disais au mec : "Balance la gonzesse !"

On ne s'embarrasse pas d'une fille quand on veut sauver le reste du monde.

Attends...

Et si le garçon l'aimait, si elle représente tout pour lui ?

Si elle représente tout pour lui, il la largue pas.

Des conneries, tout ça.

On devait se balader.

À ton avis, qu'est-ce qu'on fait ?

Bon, allez, terminus, Niqueur.

Hé, Dude...

Regarde un peu qui se ramène.

Mais, c'est Dude, le roi du baratin !

On t'a laissé sortir sans tes infirmières ?

Vous avez vu la fille ?

Tu passes des bonnes en fraude du Mexique ?

Parle-moi espingouin. J'en mouille ma culotte !

Tu es jalouse parce que je parle 2 langues.

Tu parles aucune langue connue.

La puta !

Tu es belle ce soir, sœur Térésa.

J'ai une trique que même toi, t'aurais du mal à avaler !

Tu parles à ma sœur. Tu veux que je te tue ?

Bon, allez, on s'en va.


Arrête, elle a les cheveux en feu !

Elle a les cheveux en feu !


Par quoi on continue ?

C'est follement romantique.

Ramène-moi.

Tu l'as prise comment ?

Merde !

T'as paumé les filles en route !

Merde !


Je vais me le faire, ce Dude.


Casse-toi.

Le gros patin d'adieux ?

Entre une seconde. Et tes parents ?

C'est un cimetière là-dedans !

Y a des ressuscités !

Toujours à l'heure.

C'était pour que vous ayez le journal plus tôt.

J'aurais mieux fait de t'embrasser dehors.

C'est pas grave.

Tu avais le comité d'accueil ? Avec la fanfare !


Tu vois comme elle a bien enroulé la pâte autour ?

On dirait qu'il y a comme des petites veines à l'intérieur.

Si tu veux mon avis personnel, c'est dû en partie à la graisse de la saucisse et en partie au toucher angélique de ses mains.

Ma mère m'en fait des comme ça tous les jours.

Elle me dit : "Gardes-en toujours un dans la poche."

J'en ai toujours un pour me remonter en cas de besoin.

Attends !

Il faut d'abord le sentir.

Les yeux, les oreilles, c'est bien beau mais y a pas que ça.

Tous mes nouveaux collègues ont droit...

à cette petite leçon.

Sur le terrain, tout le monde te le dira : si tu sais où tu en es, tu sais où tu vas.

Tape-toi la cloche.

Cette femme-là a des mains d'or !

Mets ça dans ta poche.

Connard !

Je vais te dire un truc...

Les jeunes ne sont plus comme avant.

Tu sais ce qui a causé tout ça ?

Le rock'n'roll !

Cette musique a changé les jeunes en une bande de loups qui boivent comme des trous et baisent comme des fous.

C'est Dude ! Merde !


Pourquoi tu me cours après ? Tu m'aimes ?

Tu nous as fait un sacré numéro hier soir.

Faudrait être plus prudent. Sinon, il y aura un accident.

Ne joue pas au plus malin avec moi.

Qu'est-ce qu'il a becqueté ?

Sa mère les fait exprès pour lui, minable.

Avec de la merde ?

Descends de la bagnole.

Les mains sur la portière.

Ces désaxés se baladent avec des couteaux.

T'aurais pas un couteau planqué ?

Ou un pétard ? T'as qu'à vérifier.

Fouille ses poches.

Fouille bien, Junior.

J'ai des biscuits de chien de sa maman.

Sa mère les lui prépare avec amour.

Tu sais quoi ?

Un de ces jours, je vais te faire plonger.

Fais-le tout de suite. Ça gagnera du temps.

Je te piquerai pour quelque chose qui vaudra le déplacement.

Ce jour-là, Dude va perdre son sourire.

Tu es si près de baisser ton froc que je sens déjà l'odeur quand tu pisseras dedans.

Faudra une paire de balloches pour y arriver.

J'ai les moyens de te cravater quand ça me fera plaisir.

La taule, c'est trop bien pour un lascar comme toi.

Ici, je suis chez moi.

Je ne permets pas qu'on fasse la loi sur mon territoire.

Alors, fais gaffe à tes plumes, mon canari.


Il ressemble à ton oncle Charlie mais c'est pas lui.

La moitié des habitants sont des créatures.

L'autre moitié le deviendra.

Des zombies... qui mènent leur vie sans éprouver la moindre émotion.

De quoi il parle ?

"L'Invasion des Profanateurs."

C'est un film, JT.

Occupe-toi de tes œufs et laisse-nous parler cinoche !

Ta gueule !

Ou je crache dans ton hamburger.

Te gêne pas...

Ça lui donnerait au moins du goût.

Le film est à quelle heure ?

Me parle plus comme ça.

9 heures.

9 h 10 avec toute la séance avant.

De toute façon, c'est qu'un film. C'est pas du vrai.

Faut le voir !

JT, envoie un autre café.

T'as pas un chiffon ?

J'en ai cinquante.

Passe m'en 49 !

C'est dégueulasse.

Tu reveux un café ?

Je veux bien.

Mets-en deux.

La ferme !

T'as foutu le feu aux cheveux de ma souris.

Elle a dû se mettre une foutue perruque.

On dirait ma mère.

Je croyais que c'était ta mère !

Tu sais ce qu'on va faire ?

Tu amènes la fille et je lui crache sur le crâne pour faire briller.

Vous vous entretuez si ça vous amuse, mais pas chez moi, compris ?

Remballez vos saloperies.

Sinon, il y aura du hachis parmentier au menu de ce soir.

Reviens t'asseoir.

Excuse-moi, JT.

Ce soir... au puits d'enfer.

À 9 heures. Le fruit d'enfer ?

Ça peut être dangereux si...

Ta gueule !

T'emmènes ma sœur faire du patin à roulettes.

Je m'en fous !

T'as promis. Pour lui faire oublier qu'elle a plus de tifs !

Patin à roulettes, hein Teddy ?

Fais gaffe que ta jupe soit pas trop longue.

On va se revoir, Dude.

Compte là-dessus.


Salut, Donna.

Dudie !

Laisse tomber ça.

Excuse pour hier soir. J'aurais dû me douter qu'ils m'attendraient.

Ils veulent que tu viennes dîner.

Désolée.

Ils ont envie de donner leur version des faits.

Casse-toi !

On se revoit quand ?

Si on allait faire du patin à roulettes ?

Tu m'emmènes patiner ?

Pourquoi pas ?

Tu serais pas en train de me jouer un tour ?

Non, je te jure.

Il y a rien de trop pour ma Donna.

Viens me chercher à 8 h.

Disons 9 h.

D'accord. Ciao.


Bordel de merde !

Tiens-la à la main !

Y a des jours où tu pisses des deux côtés à la fois et t'as beau viser le chiotte, tu rates la cible à tous les coups !

Fais gaffe.


Rajoute un peu de chocolat !

J'en ai déjà mis.

Ça soulage.

Ça te va pas si mal, tout compte fait.

N'importe quoi !


Peut-être pas si bien que ça...

Julie est là.

Oui, avec Teddy. On n'y peut rien.

Le hasard, hein ?

Je te demande pardon.

Je croyais qu'on venait faire du patin ce soir.

On fait quoi ?


C'est l'heure de la danse par couples avec, pour commencer, une chanson dédiée à Julie de la part de Niqueur.

"J'aimerais accrocher ta tête au mur" par Hasil Adkins.

Excuse-moi, Donna.


Je t'envoie les pompiers.

Va te faire entuber !

Tu es content de toi ? Fais gaffe, ça glisse.


J'ai pas fait exprès.


Quoi ?

Qu'est-ce que je t'ai dit ?

Qu'est-ce que je t'ai dit ?

Il m'a eu par surprise.

Tu as un problème.

Si tu veux être un homme, tu ferais bien de te prendre en main.

Il ne faut pas compter sur moi.

Je vais régler ça.

À la sortie, tu as toujours l'air d'un pauvre con.

Moi, je ne suis jamais passé pour un con.

Jamais !

Tu vas me harceler cet enfoiré.

Quand il baisse la garde, tu en profites pour l'achever !

Tu n'as rien appris ?

Si tu as le malheur de refaire ça, il me restera plus qu'à t'agrafer !

Je n'hésiterai pas une seconde, compris ?

Je ne veux pas que mon fils soit la risée de tout le monde !

Conduis-toi en homme.

Je vais te faire voir qui est la risée.


Jamais rien de bon à la radio !

J'ai une idée.

Joue quelque chose.

T'aimes pas la musique que je joue.

Joue-moi quelque chose.


Un groupe, ça te plairait pas ?

Aucun groupe ne me plaît.

T'as pas une idole ?

Non, personne.

Il y en a bien un.

Même pas un.

Link Wray est cool.

Il est connu ? Pas du tout.

C'est pour ça qu'il est cool.

S'il était si bon que ça, il serait connu, non ?

Qu'est-ce que tu fais ?

Si un mec est bon parce qu'il est connu, c'est de la merde !

T'aurais pas une idée derrière la tête ?

Joue-moi un truc romantique.

C'est ce que je fais !

Dis donc, il joue bien.

C'est à jeter aux chiottes.

Si ton père te voyait là...


Tu m'as tapé.

Quand je te taperai, tu t'en rappelleras.

Tu te prends pour un rigolo.

Il joue la comédie, Sergent.

Il paraît que tu adores les saucisses.

Tiens, bouffe la mienne.

Je ne répondrais pas comme ça, à ta place.

La mère de Donna va peut-être apprendre ce que sa fille faisait la nuit dernière.

Je n'ai rien à cacher.

C'est vrai ? Rien du tout.

Regarde ça.

Si tu n'as rien à cacher, pourquoi tu as gratté ton nom de famille ?

C'est interdit.

J'ai plus le nom que j'avais.

Donne-moi ton mouchoir. Je sens que je vais pleurer.

C'est toi qui l'as voulu. Tu renies ton papa ?

Il ne t'a pas toujours offert tendresse et affection ?

Les policiers ne sont pas sensibles aux difficultés de la jeunesse actuelle ?

On l'est. Moi le premier.

Mais ton cas est désespéré quoi qu'on y fasse.

Comme l'était celui de ton père.

Il avait ses idées sur la manière de mener les choses en ce bas monde et je l'ai viré d'ici, la queue entre les jambes.

Je vais poursuivre la tradition.

Bonne journée, Monsieur Delaney.

Ça, c'est pour le pare-chocs abîmé.


Je vais te dire, Johnny : on n'y arrivera jamais sans un guitariste.

Qui va se mettre à la guitare ? Je vais te le dire.

Moi.

Tu joues déjà du sax.

Rien ne m'empêche de doubler.

Ça te plaît pas ?

Il a picolé.

Tu y es ? Quand tu veux.

On y va.

Garde le tempo.

Fous-moi la paix. On joue.


Niqueur me dit carrément :

"Dans mes bras. Tu ne le regretteras pas !"

Il lui manque une case.

Il vient tous les soirs au cinéma en espérant une entrée gratuite !

Tu serais pas un peu trop au Nord ?

Où est ton partenaire ?

C'est chouette entre gonzesses.

Un chihuahua et une girafe.

Je vais m'arrêter là, pour vous consoler.

T'es mexicaine... pourtant papa et maman sont blancs.

Ta mère s'est fait sauter par un mexicon ?

Enfoiré !

Je suis amoureux fou de la fritos.

Merde ! Tommy, qu'est-ce que tu conseilles ?

Je suis batteur.

C'est nul. Je sais pas comment on va faire.

On reprend.


Ça a été, tes affaires avec la blonde ?

Je suis tombé en pleine fin de mois.

Dans ces cas-là, fais trempette.

Trempette ?

C'est quoi ?

Tu fais du yo-yo en tirant le bout de la ficelle.

Faut que je te dise quelque chose.

Montre-lui.

On se fait une toile ce soir ? Je dois réviser.

Oublie toutes ces conneries. Viens au cinéma.

Vas-y avec Niqueur.

Il adore ça.

Il faut que je te parle.

Voilà Teddy qui se ramène.

Qu'est-ce qu'il veut ?

J'ai apprécié notre petite balade, Donna.

Je voulais te dire...

Il t'a fait du mal ?

J'ai une idée.

Promets-moi de te tenir tranquille.

Qu'est-ce qu'il a fait ?

On se fait une bringue.

Qu'est-ce qu'il a fait ?

Donna va servir de piñata.

Il m'a roulé une pelle.

Comme ça, tout le monde y aura droit.

J'espère que tu n'as pas pris ton joujou.

Ne fais rien que tu regretteras. Il te fait un coup de bluff.


Si tu fais un truc idiot, je m'en vais.

On se voit plus tard, d'accord ?

Allez, Dude...

Il y en a assez pour tout le monde.

Qu'est-ce qui t'arrive ?

T'aimes plus ?

Oublie mes recommandations.

Tu veux pas te gaver de milk-shake ?


Bonsoir, JT.

Bonsoir, Sergent.


Combien je te dois ?

Je te remercie, JT.

JT...

Pas de traitement de faveur avec ce paumé.

Tu tiens un commerce.

Fais ton boulot.

Sinon, les services d'hygiène effectueront une descente.

Faire la bouffe, c'est mon boulot.

Faire respecter la loi, c'est le vôtre.

Chacun son métier, hein ?

Ça, c'est parler.

Tu la fermes.


T'as une minute ?

Oui, pourquoi ?

C'est peut-être inattendu... mais je tenais à te dire...

J'aime ta musique.

Merci.

Comment t'as fait ?

J'ai fait quoi ?

Comment tu...

Faire les choses autrement, c'est mal vu.

J'ai commencé... et je m'y suis tenu.

Et puis voilà.

Tu fumes ?

Ouais...

Regarde, JT.

De ce bout-là jusqu'à l'éternité, c'était avant ma naissance.

Et de l'autre bout jusqu'à l'éternité... c'est après ma mort.

Cette frite, c'est le temps qu'il me reste

pour faire ce que j'ai à faire.

T'as rien à faire.

Tu vas passer le restant de tes jours dans cette ville.

Puis un jour, tu mourras

en tenant un de mes hamburgers.

Et c'est tout.

Je suis content dans l'ensemble.

Il y a des bons et des mauvais plans.

Une maison de disques nous propose une tournée.

Et le bon plan, c'est quoi ?

Ben, la tournée.

C'est quoi, le mauvais plan ?

Notre guitariste s'est barré.

Pourquoi ?

Il prétendait qu'on le suivait pas, ce genre de connerie.

Tu joues, tu m'as dit ?

Si tu peux nous dépanner, passe et on fait l'essai.

Si tout colle bien, tu fais la tournée.

Et ça rapporte du fric.

Assez pour qu'un couple en vive ?

Je crois que tu le feras parce que ce que tu entends te fait chier.

J'en ai marre de ces cons qui jouent des saloperies.

J'ai envie de jouer... une musique qui foute la trouille au public.

Ce train est passé par ici il y a longtemps. Je l'ai raté.

Ce coup-ci, je ne le louperai pas.

On est engagés ici jusqu'à après-demain.

Passe avant 21 h si tu veux faire un essai.

D'accord. Merci.


Contrat avec un label.

Tournée.

Et salut la compagnie !

Je tomberai jamais sur une telle occasion.

Des filles... des femmes...

La gloire et la fortune.

Ne dis rien à Donna.

Tu crains que ça porte la poisse.

Non, je voudrais pas qu'elle s'emballe et que ça tombe à l'eau.

Si t'as besoin d'un manager... quelqu'un qui s'occupe de toi...

Et si par hasard j'ai rien de mieux à faire...

Je te laisserai pas tomber.

On va au ciné ?

Je regrette.

Tu sors avec Donna ?

Tu as vraiment envie de fréquenter un garçon comme Dude ?

Oui.

Son père a abandonné sa famille. Je crains qu'il ne fasse pareil.

On dit ça pour ton avenir.

Les bons parents le font tous.

Comme il n'a personne pour le guider, on n'est pas sûrs qu'il saura veiller sur toi comme un mari.

Je sais un tas de choses sur Dude que vos informateurs ignorent.

Comme quoi ?

Que c'est un musicien très doué.

Il va jouer dans un groupe sous contrat, et ça peut rapporter des millions.

Tu auras notre bénédiction si ça se produit.

Je m'en doutais. Si tel n'est pas le cas... il serait bon de prévoir une autre solution.

Ce petit ensemble te va à merveille.

Je l'adore.

J'espère vous la ramener avant Noël.


Ton truc n'arrête pas de sauter.

C'est une idée géniale mais ça saute comme un cabri.


Qu'est-ce qu'on fait de beau ce soir ?

Tout ce qui te fera plaisir.

Je te dois bien ça.

J'aimerais que nous allions... au cinéma.

Avec moi ?

Rien de trop pour mon Dude !

Tu veux voir quoi ?

L'INVASION DES PROFANATEURS

Merci, Donna.

Combien de fois t'as vu ce film ?

Quinze.

Pendant votre sommeil, ils absorbent vos pensées, et vous renaissez dans un monde paisible.

Où tout le monde se ressemble.

Exact.

Quel monde !

Mais après, on va s'endormir.

Mais non.

Je me suis assoupie et c'est arrivé.

Un instant de sommeil et la femme que j'aimais

était devenue un ennemi inhumain.

Vous êtes en danger !

Vous ne voyez pas ? Ils nous poursuivent !

Ils sont déjà là ! Vous êtes sur la liste !

Vous êtes les prochains sur la liste !

Pourquoi tu m'as jamais dit que ton père était parti ?

Je sais rien de toi.

Tout ce que tu dois savoir sur moi, je te l'ai dit mille fois.

Parle-moi de ton père.

Il ne m'a laissé qu'une chose en héritage.

C'est quoi ?

Tu n'aimerais pas le savoir.

Affrontement.

Terrain de jeux, ce soir, 21 h.

T'amènes ta pelle et ton seau ?

Tu y seras.

J'aimerais faire des pâtés mais j'ai un rendez-vous.

Remets ça à un autre jour.

Je t'en mettrai plein la gueule, mais un autre jour.

Qui t'empêche de venir ?

C'est quand même pas cette morue qui te colle aux pattes.

Salope mexicaine.

C'est reparti.

Tu aimes la musique.

La cucaracha...

Ça veut dire cafard en espingouin, non ?

Tu couches avec un cafard ! Parle pas d'elle.

Pourquoi ? T'as fait cramer les tifs de ma gonzesse !

Tu vas pas t'en tirer comme ça.

Fous le camp.

Ce soir.

À 9 heures.

À 9 heures.

Tu y seras, je le sais.

Vous y allez un peu fort, non ?

Pourquoi il est venu, cet emmanché ?

Une espèce de défi.


Je croyais que c'était un flic.

Oui. Mais personne ne peut faire confiance

à personne.

Toute la ville a été envahie.

Comment veux-tu qu'il arrive à savoir où se trouve la vérité ?

Merde ! Encore moins avec sa souris.

Comment il a su qu'elle était l'un d'eux ?

Quand il l'a embrassée !

C'est souvent comme ça qu'on est fixé.

Trop tard.

C'est leur truc à elles.

Je connais les filles.

Écoutez-moi, les gars.

Je traîne ici depuis longtemps.

Cuisiner pour les connards comme vous, c'était pas mon rêve.

Faut savoir ce qu'on a l'intention de faire.

Ce qu'il faut surtout savoir c'est quand.

L'essentiel, c'est de bien choisir le moment.

Si tu réagis pas à temps, comme dans ton film, tu arrives trop tard !


Une petite question :

ça donne quoi quand tout le monde pense que le fils du sergent est le dernier des cons ?

Je vais te le dire.

Les gens se disent qu'ils n'en ont rien à branler de l'autorité.

De mon autorité.

Tout ça parce que tu es incapable de t'occuper d'une saleté de voyou.

Je t'ai dit que je le ferai. Comment ?

Je lui ai proposé un affrontement ce soir.

J'aurais les potes en soutien s'il joue pas à la régulière.

Toute la ville sait que c'est un voyou.

Ça me ferait chier que mon fils se fasse avoir.

Écoute-moi.

Tout ça n'a rien à voir avec tes embrouilles avec son père.

D'accord ?

J'éliminerai Dude pour mes propres raisons.

Si j'avais un cent chaque fois que tu trouves une excuse, tu pèserais au moins un million de dollars.

Tu lui glisses ça dans la main quand il sera éliminé.

Qui sait ce que le diable a niché dans le cœur de l'homme ?

Seule l'ombre le sait !


Qu'est-ce que tu fais là ? J'ai à te parler.

Qu'est-ce qui se passe ? Assieds-toi.

Ton groupe préféré cherche un nouveau guitariste.

J'en ai entendu parler.

On tient notre chance !

Comment ça ?

Ils ont signé avec une maison de disques.

Et ils ne jouent pas des trucs romantiques !

Il faut que j'en parle à ma mère.

Si tu voulais que je parte avec toi, tu me demanderais de quitter mes parents.

C'est différent. C'est pas tes vrais parents.

Aucun lien de sang.

Ne va pas à cet affrontement.

Viens au club.

Fais-leur une démonstration.

Ça vaut la peine d'essayer.

On n'aura plus de chance aussi extraordinaire.

S'il te plaît.

Promets-moi de m'y retrouver ce soir.

Je t'en prie.

C'est promis.


Prêt à tous les crever ?

Super.

Teddy est allé trop loin.

Je te parlais du club.

Moi, je parle de l'affrontement.

T'as rien retenu de ce que JT nous a dit ?

C'est vachement profond ce qu'il a dit.

Laisse tomber la baston.

On a une chance de se tirer d'ici et tu la fous en l'air pour ce con.

Mon vieux n'a jamais affronté quoi que ce soit dans sa vie.

Il n'a fait que fuir.

Moi, je ne fuirai pas.

Que ce soit Teddy, ou son père ou qui tu voudras.


T'as apporté ton gant de velours ?

Tu crois qu'il viendra ?

Ça sera le pied s'il vient avec sa copine.

Tu sais bien ce que je ferai avec !

Écrasez !

Il est pour moi.

T'as pas cassé grand-chose ces derniers temps.

Tu veux que je te prouve le contraire ?

Il t'a fait passer pour une vraie lope.

Il a eu de la chance.

Oublie pas les cheveux de ma sœur.

J'espère que tu vas lui transformer la gueule en hamburger saignant.

Et ce sera qu'un début.

Je suis pas toujours en tête du peloton mais j'ai pas d'emmerdes.

Tout le monde se fiche de toi.

C'est tout ce que je demande.

Comme ça, je les ai pas sur le dos.

Je te dis un truc. Ils m'obligent à me défiler.

Balance-m'en une.

T'attraperais même pas un potiron.

Réflexes !

Excuse-moi...

C'est rien.

Touche pas !

La vache !

Ça, c'est énorme !

On a l'air de pauvres cons.

Il viendra pas !

Tu vas où ?

Puisqu'il se dégonfle, allons le chercher.


J'adore quand tu te barres dans tous les sens.

Il est 10 h 45.

Tu détestes cette ville.

Tu détestes Teddy.

Je suis comme toi.

Mais t'aimes ta musique.

Alors bats-toi pour ce que tu aimes, pas pour ce que tu détestes.

T'as pris ta décision ?

Je vais aller au club. Et ça va allumer !

Tu profites du voyage ?


Il y a un disque qui passe derrière !

Les vaches, ils font semblant !


Les fumiers !

Ils jouent de la merde.

De la musique, c'est tout.

En conserve.

Ce n'était pas une raison pour faire ça.

T'as tout foutu en l'air, comme d'habitude.

Tu es égoïste. Tu te fiches de mes rêves.

Ce sont mes rêves, pas les tiens. Toi, tu vas dans le sens du vent.


Connard !


Ton papa va te filer un sacré coup de botte dans le cul !

Non, Teddy !


Le voilà !

Des lavettes comme toi, je chie dessus !

Avant que ça tourne mal...

commençons par le tête-à-tête.

Fous-toi-la au cul, ta sarbacane !


Tu crois que je devrais aussi lui apporter des bonbons ?

Elle a tendance à gonfler.

Les pétunias suffiront.

Ou alors... De la moutarde ?

Quoi ?

Avec moutarde ou sans rien ?

Mets-en une tonne. Le sergent adore ça.

Monte dans la voiture !

Faut se barrer.

Mais tu voulais...

On se casse !

Bouge-toi, bordel de merde !


Tu vas où ?

Je cherche Donna.

Il y a eu des ennuis.

Teddy est mort.

Emmène-moi avec toi, Dude.

Tu dois tailler la route tout seul.

Qu'est-ce que je vais faire ?

Si t'es pas là pour foutre le bordel, je vais devenir cinglé.

C'est marrant pour toi qui regardes, mais ça l'est moins pour moi.

Alors, tu vas faire quoi ?

Je vais m'installer dans une ruelle au milieu des poubelles.

Les gens jettent des trucs chouettes.

Putain d'enfoiré.


Tu fais quoi maintenant ?

Disons qu'on ne fera plus de patin à roulettes.

Je veux t'aider.

Il n'y a plus rien à faire.

J'aurai jamais cru poser autant de problèmes.

Je ne peux pas te suivre.

Tu te débrouilleras mieux sans moi.

Qu'est-ce que je vais devenir ?

Une silhouette qui disparaît dans le rétroviseur.


Plus vite ! Rattrape-moi ce fumier !

Cette fois, je t'aurai !

On va voir qui commande.

Tout ça a déjà trop duré !

J'aurais jamais dû saboter cette capote !


J'en sais rien si tu m'indiques pas !

Repousse tes cheveux en arrière. À gauche.

Non, tu as une mèche sur le front.


Parfois, on a l'air plus con qu'une valise sans poignée.


Tu viens ?

Je reste encore un peu.

Comme tu veux. Repose-toi bien.

Tu as aimé ? Quoi ?

Le film t'a plu ?

J'adore.

Je viens tous les soirs. Vous l'avez vu ?

Oui, en quelque sorte.

On s'endurcit le cœur. Comme du granit.

C'est quand il faut se battre pour rester humain que l'on apprécie le bonheur de l'être.

Se battre pour rester humain. C'est de ça que ça parle ?

Je ne sais pas.

Je ne vous connais pas.

Vous m'avez pas dit votre nom.

Si tu tiens à le savoir, c'est...

Miles.

Je vous remercie, Miles...

Sous-titrage vidéo : C.M.C.